LA BELLE SAISON VOUS FAIT LARMOYER : SERIEZ-VOUS ALLERGIQUE ?

 

Les allergies recouvrent diverses réactions excessives et anormales du système immunitaire face à une ou plusieurs substance(s) généralement étrangère(s) à nos organismes. De façon générale, pour désigner une substance déclenchant une réponse immunitaire, on parle d'antigène, tandis que l'on parle d'allergène en cas d'allergie.

Alors que la grande majorité des individus ne va jamais réagir en présence d'un allergène, les allergiques vont subir une réaction excessive et inadaptée, dont le degré pathologique dépendra du niveau de sensibilité de la personne, et bien entendu de la nature et de l'intensité de l'exposition. Par ailleurs, la présence d'un terrain dit "atopique" (prédisposition familiale) est un facteur aggravant.

Les allergies peuvent prendre de multiples formes : respiratoires (rhinite persistante ou intermittente, toux, asthme), oculaires (conjonctivite), cutanées (urticaire, eczéma), alimentaires (avec des réactions digestives telles les douleurs abdominales, les vomissements, la diarrhée, mais aussi souvent des réactions cutanées comme l'urticaire, l'eczéma, l'apparition d'un œdème, ou encore des réactions respiratoires comme l'asthme), voire anaphylactiques (réactions brutales et graves, pouvant engager un pronostic vital, avec apparition d'un œdème de Quincke ou d'un angio-œdème par exemple, accompagné d'une baisse sévère de la tension artérielle, de vertiges, de nausées).

De nombreuses substances ou matières sont susceptibles de constituer des allergènes. Dans le palmarès figurent les pollens, les moisissures, les poils ou plumes d'animaux, les acariens domestiques, les venins d'insectes, divers aliments (lait, œufs, arachides, fruits, légumes, noix, crustacés...), divers médicaments (notamment les antibiotiques, les sulfamides, les anti-inflammatoires), certains métaux (chrome, nickel...), des matières synthétiques ou naturelles (nylon, latex...).

Pour lutter contre les allergies, la médecine propose deux types de solutions, à savoir :

- Traitement symptomatique : utilisation d'antihistaminiques, d'anti-inflammatoires, de corticoïdes, de bronchodilatateurs, voire en cas de choc anaphylactique d'une injection d'épinéphrine.

- Traitement curatif : seule la désensibilisation est reconnue par l'OMS comme traitement efficace et durable. La désensibilisation ou immunothérapie spécifique agit directement au niveau des lymphocytes T en réorientant la réponse immunologique du patient allergique. Concrètement, on va administrer au patient des allergènes modifiés sur plusieurs années, classiquement par voie sous-cutanée (injections), mais aussi par voie sub-linguale, plus pratique chez les enfants, quoique demandant plus de rigueur.

Une méthode consiste également à éviter autant que faire se peut le contact avec les substances allergènes dans la vie quotidienne (se séparer de son animal de compagnie, combattre la présence d'acariens dans son intérieur, ne pas sortir en cas de fortes concentrations de pollens dans l'air, etc.), mais bien entendu, cela ne fait pas disparaître l'allergie, seuls les symptômes peuvent s'en trouver diminués voire supprimés.

Les mécanismes et causes des allergies sont complexes, et nous ne les développerons pas ici. Nous pouvons toutefois évoquer le rôle important joué par la flore intestinale dans l'éducation du système immunitaire. De même, la santé du foie semble jouer un rôle dans les réactions de type allergique : un foie engorgé, surchargé, peut entraîner de nombreux dysfonctionnements, parmi lesquels figurent les allergies. Enfin, un terrain acide prédispose davantage aux allergies, notamment aux réactions cutanées.

Les personnes allergiques souhaitant limiter autant que possible l'utilisation de traitements symptomatiques plus ou moins bien tolérés (antihistaminiques, corticoïdes...) auront tout intérêt à maintenir une bonne flore intestinale (en consommant par exemple des probiotiques), à drainer régulièrement leur organisme et plus particulièrement leur foie afin de le détoxifier, et enfin à surveiller leur équilibre acido-basique.

Les plantes qui peuvent vous convenir

Vous pouvez vous tourner vers Dame Nature, dont certaines plantes peuvent présenter un intérêt dans la lutte contre les allergies.

 

Chlorella

La chlorella est une algue verte unicellulaire de diamètre de 2 à 8 microns. Elle fait partie d’une espèce qui croît en abondance à la surface des lacs et des rivières d’eau douce. Sa teneur élevée en chlorophylle lui donne cette belle couleur vert émeraude caractéristique. Riche en substances nutritives, cette algue contient quatre fois plus de protéines que la viande, et plus de dix-neuf acides aminés, dont huit essentiels, ainsi que plus de vingt vitamines et minéraux, notamment du bêta-carotène, du fer, de la vitamine B12. La chlorella aide à excréter les composants toxiques de l'organisme, et aide à accroître la croissance de la microflore intestinale bénéfique.

Desmodium

Le desmodium adscendens est une plante vivace originaire d'Afrique de l'Ouest (Sierra Leone, Liberia, Ghana) mesurant une cinquantaine de centimètres de haut, de la famille des Fabacées. Ses branches sont multiples, ses feuilles sont composées trifoliées, de forme ovale, alternes. Ses fleurs sont pourpres, ses fruits en forme de gousse. Le desmodium adscendens est reconnu pour favoriser le fonctionnement du foie.

Curcuma

Le curcuma (Curcuma longa) est une plante herbacée rhizomateuse vivace de la famille des Zingibéracées, originaire du sud de l'Asie. Ses tiges peuvent atteindre un mètre, ses larges feuilles lancéolées oblongues ou elliptiques mesurant jusqu'à cinquante centimètres de longueur et de sept à vingt-cinq centimètres de largeur. Ses rhizomes aromatiques ellipsoïdes ou cylindriques, une fois réduits en poudre, constituent l'épice homonyme. Le curcuma aide à maintenir le bon fonctionnement du foie et contribue au fonctionnement normal du tractus intestinal.

Ail

L'ail, encore appelé ail commun ou ail cultivé (Allium sativum) est une plante potagère vivace monocotylédone de la famille des Amaryllidaceae, dont les bulbes sont employés comme condiment. L'ail est notamment reconnu pour aider à maintenir le bon fonctionnement du foie.

Romarin

Le romarin est un arbrisseau touffu persistant, à odeur aromatique caractéristique. Il favorise le drainage hépatobiliaire.

Chicorée

La chicorée (Cichorium intybus L.), de la famille des Astéracées, contient principalement un prébiotique connu sous le nom d'inuline. Elle soutient la santé du foie.

Kinkeliba

Le kinkeliba (Combretum micranthum) est un arbrisseau touffu de 2 à 6 mètres de hauteur, qui pousse dans les pays du Sahel, en Afrique. La poudre de feuilles de kinkeliba facilite l'élimination de la bile et facilite la digestion.

Rosier

Les pétales de rosier rouge (Rosa centifolia L.) présentent des propriétés astringentes, anti-inflammatoires, bactéricides, stomachiques, cicatrisantes, et régulatrices des taux d'acidité. Ainsi le rosier est-il reconnu pour soutenir l'élimination, aider à maintenir les fonctions du tube digestif et à maintenir l'équilibre acido-basique.

 

Découvrez l'intégralité de notre gamme CONFORT HÉPATIQUE

 

Découvrez l'intégralité de notre gamme CONFORT TRANSIT