L'ÉTÉ EST PROPICE AUX CYSTITES : COMMENT LES ÉVITER

 

Une cystite est une inflammation de la vessie. Le plus souvent d'origine bactérienne (colibacilles naturellement présents dans l'intestin, tels les Escherichia coli), la cystite peut également être due à un agent toxique (traitement anti-cancéreux, radiothérapie), ou plus rarement à un champignon. C'est une affection fréquente chez la femme, qui possédant un urètre court et proche de l'organe génital et de l'anus, voit augmenter le risque d'infection urinaire.

Si les hommes peuvent être touchés par des infections urinaires, les femmes sont aux premières loges concernant les cystites, affections pénibles et douloureuses qu'il convient de combattre par des gestes simples.

Refusez les mictions impossibles

Pour éviter les infections urinaires à répétition, il faut uriner plusieurs fois par jour, et ne surtout pas se retenir lorsque l'envie s'en fait sentir. Pour bien uriner, il faut évidemment s'hydrater convenablement, et boire au moins 1,5 litres d'eau par jour.

Remettez-vous en selle

Les femmes semblent être davantage sujettes à la constipation que les hommes. Or, chez la femme, la stagnation des matières fécales dans le côlon favorise la prolifération des bactéries pathogènes près de l'urètre proche. Ainsi est-il conseillé de stimuler le transit intestinal par une alimentation riche en fibres, de s'hydrater convenablement, voire de consommer des probiotiques.

Surveillez l'équilibre acido-basique

Afin de lutter contre un excès d'acidification, notre organisme dispose de "systèmes tampons" qui lui permettent de maintenir le pH du sang à sa valeur normale (entre 7,32 et 7,42). Pour ce faire, il a besoin d'éléments basiques ou alcalinisants, notamment le calcium, le magnésium, le potassium, le fer, le cuivre. Un terrain métabolique carencé et déséquilibré, du fait d'un apport insuffisant en de tels éléments, peut entraîner des phénomènes inflammatoires voire infectieux, ainsi qu'une déminéralisation.

Pour ce qu'il en est de l'urine, son acidité naturelle (pH généralement inférieur à 5,5) inhibe la croissance des bactéries. En temps normal, l’urine est carrément stérile, donc exempte de micro-organismes. S'il est souhaitable d'éviter que le pH sanguin ne devienne par trop acide, à l'inverse le pH urinaire ne doit pas devenir alcalin, car cela favoriserait alors les micro-organismes responsables des infections.

Les plantes qui peuvent vous convenir

Comme toujours, vous pouvez bénéficier des cadeaux de Dame Nature, en l'occurrence de plantes favorisant l'élimination urinaire.

 

Canneberge

La canneberge (Vaccinium macrocarpon), ou canneberge d'Amérique (grande airelle rouge d'Amérique du Nord), est un arbuste (arbrisseau) à feuilles persistantes de la famille des Ericacées. La canneberge contient des glucides simples, des acides, des polyols, des anthocyanosides, des proanthocyanidols, des flavonoïdes. Le fruit de la canneberge présente des propriétés anti-oxydantes, mais ce qui nous intéresse plus particulièrement ici est sa propension à diminuer la fixation de certaines bactéries Escherichia coli sur les parois des voies urinaires, ce qui contribue à diminuer les germes responsables des gênes urinaires.

Chiendent

Le chiendent favorise les fonctions d'élimination rénale et aide à maintenir la santé du système urinaire.

Fenouil

Le fenouil (Foeniculum vulgare), ou fenouil doux, est une plante herbacée à l'odeur anisée bien marquée, de la famille des Apiacées. Sa tige glauque peut atteindre 2 mètres de hauteur, et présente des feuilles découpées en lanières filiformes, pennées et plumeuses. Ses fleurs d'une couleur jaune-verdâtre sont réunies en ombelles. Son fruit est un akène oblong plus ou moins arqué. Les parties utilisées sont les fruits, les racines et les feuilles. Les fruits contiennent principalement une huile essentielle (riche en E-anéthole, méthyl-chavicol et fenchone). La racine contient principalement des flavonoïdes (kaemférol, quercétine, isorhamnétine), des acides organiques, des coumarines (ombelliférone). La racine de fenouil est reconnue pour ses propriétés diurétiques. Elle contribue donc à des fonctions d'élimination urinaire normales.

Rosier

Le rosier rouge (Rosa centifolia L.) contient des tanins, des anthocyanosides, du géraniol, du nérol, de l'eugénol, du myrcène. Les pétales présentent des propriétés astringentes, anti-inflammatoires, bactéricides, stomachiques, cicatrisantes, et régulatrices des taux d'acidité. Ainsi le rosier est-il reconnu pour soutenir l'élimination, aider à maintenir les fonctions du tube digestif et à maintenir l'équilibre acido-basique.

 

Découvrez l'intégralité de notre gamme URINAIRE